Architecte, historienne et critique de l’architecture et de l’urbanisme, mais aussi conférencière, celle que les Montréalais considèrent un peu comme un ange protecteur de leur ville a suivi un parcours exceptionnel qui est retracé à l’aide de pièces tirées de la collection et des archives du CCA.

Placé dans les vitrines du hall du Centre, le tout reprend les différentes étapes de la formation de Phyllis Lambert ainsi que l’évolution de ses idées, de son travail architectural, curatorial et éditorial.

Même si elle était douée en sculpture et en peinture dès son jeune âge (comme en témoignent une excellente photographie où l’on voit la jeune femme sculptant le buste de sa mère, Saydie Bronfman, et quelques réalisations), c’est vers l’architecture qu’elle se tournera.

À peine âgée de 27 ans, elle convainc son père, l’homme d’affaires Sam Bronfman, de lui confier la planification du prestigieux édifice Seagram à New-York dont Mies van der Rohe est l’architecte.

Après cette plongée dans l’action (1954-58) qui jouera un rôle décisif dans sa propre approche, Phyllis Lambert étudie à Yale University pour devenir architecte.

Après l’obtention de son diplôme, sa famille lui confie la réalisation du Centre Saidye Bronfman à Montréal. Elle n’hésitera pas à y insuffler l’esprit de Mies.
Phyllis Lambert : 75 ans au travail (lien externe)
Centre Canadien d’Architecture
1920, rue Baile
Montréal
Du 18 janvier au 4 juin 2017

Image
Richard Nickel, Extérieur du Centre Saidye Bronfman en soirée, 1968. Phyllis Lambert, architecte. Épreuve argentique à la gélatine, Fonds Phyllis Lambert, © Richard Nickel. Courtoisie du Richard Nickel Commitee, Chicago, Illinois

Image
Ezra Stoller. Seagram Building, Mies van der Rohe et Philip Johnson, architectes; Kahn et Jacobs, architectes associés; Phyllis Lambert, directrice de la planification. Vue du nord-ouest en après-midi, 375 Park Avenue, New York, 1958. Épreuve argentique à la gélatine, CCA/Ezra Stoller / Esto

Image

Ezra Stoller. Seagram Building, Mies van der Rohe et Philip Johnson, architectes; Kahn et Jacobs, architectes associés; Phyllis Lambert, directrice de la planification. Vue du nord-ouest au crépuscule, 375 Park Avenue, New York, 1958. Épreuve argentique à la gélatine, CCA/Ezra Stoller / Esto
Renouant ainsi avec la ville où elle a grandi, elle réalise rapidement que le patrimoine architectural y est en danger.

Très consciente des enjeux sociaux, elle engage dans la métropole plusieurs combats et croisades destinés à préserver le tissu urbain et une série de bâtiments, notamment en fondant Héritage Montréal, puis en multipliant les initiatives à l’appui de politiques urbaines alternatives.

En 1974, elle sauve de la destruction la maison Shaughnessy et y créera le Centre Canadien d’Architecture en 1979, en lui assignant le mandat de la conservation de collections reliées à l’architecture, de la présentation au public d’expositions et de constituer un centre de recherche faisant progresser le savoir, les idées et les débats entourant ce domaine.

Près de quatre décennies plus tard, le CCA est reconnu dans le monde entier comme un lieu exceptionnel de réflexion sur l’architecture : en témoignent les nombreux prix et signes de reconnaissance accordés à sa fondatrice, notamment le Lion d’Or reçu en 2014 à la Biennale de Venise, qui brille de tous ses feux au début de l’exposition.

Toujours très active au sein du CCA, celle que l’on surnomme Jeanne d’ARCchitecture ou encore Citizen Lambert aura soufflé sans peine ses 90 bougies le 24 janvier, attestant ainsi combien la guerilla urbaine (c’est ainsi qu’elle qualifie une partie de ses activités dans l’un des textes muraux où elle se raconte) représente une excellente façon de se maintenir en forme!

 


Image
Phyllis Lambert, David Sharpe, Myron Goldsmith, Jin Hwan Kim et un étudiant non-identifié, cours-atelier de maîtrise, Crown Hall, Illinois Institute of Technology (IIT), vers 1961. Épreuve argentique à la gélatine. Fonds Phyllis Lambert, CCA

Image
Pier Associates. Photographie composite de Phyllis Lambert et de David Fix dans leur studio situé au 403-409 East Illinois St. à Chicago, vers 1970. Reproduction. Fonds Phyllis Lambert, CCA © Pier Associates

Image

Phyllis Lambert et Gene Summers, Principals, Ridgway Ltd., architectes et promoteurs. Photographe inconnu, vers 1976. Épreuve argentique à la gélatine. Fonds Phyllis Lambert, CCA