Image

Train de marchandises, bâtiment industriel ou char d’assaut, les « objets » les plus massifs sont filés par les doigts et les mains de Jannick Deslauriers. Invitée de la galerie Art Mûr, l’artiste tisseuse y aborde des sujets aussi lourds que les « objets » dont elle tire son inspiration. Après Chantier, fracture et migration, le projet Sentence, souffle et linceul insiste un peu plus sur l’impuissance qu’éprouvent les individus et les collectivités humaines à arrêter le catastrophique cours des choses. Insoutenable…