Image
Rachel Echenberg et les membres de sa famille, Le Tas (Fondation), 2018, intervention in situ et performance, photographie numérique, Pointe-Ouest, île d’Anticosti. Crédit : Rachel Echenberg

 
« Au Québec, les mouvements d’embourgeoisement influent sur la diversité des écosystèmes culturels nichés dans les quartiers postindustriels des centres urbains. Chez de nombreux artistes et travailleurs culturels, on ressent la nécessité, à ce propos, d’engager une réflexion éthique et prospective concernant le développement culturel en région, vecteur d’une économie diversifiée et de valeurs essentielles à la vie en collectivité. J’observe en ce sens un nombre croissant de centres d’artistes et de collectifs de créateurs qui enseignent la puissance de la coopération au travers d’un large éventail d’enjeux et de problématiques liés aux milieux régionaux, dont la protection de l’environnement et l’instauration d’une économie verte, sociale et culturelle. »

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts, à la page 38.)