Image

Cher François,

Ceci est mon dernier courriel. Alors que tant d’images se bousculent et que je peine à trouver les mots justes, mon souvenir se fixe sur la dernière image que j’ai de toi. Il y a deux semaines, tu étais enfin de retour rue de Reims, après un trop long séjour à l’hôpital : tu étais parmi les tiens, entouré de tes livres d’art, des tableaux de Pnina, de la petite chienne Zurah, si heureux d’être chez toi, et pressé de te remettre à travailler. Tu nous disais avoir un texte urgent à terminer pour la prochaine exposition Riopelle au Musée des beaux-arts de Montréal. Depuis lors, je revois sans cesse ton visage radieux lors de cette soirée partagée avec Pnina, Ginette et l’infirmière du CLSC qui veillerait désormais sur toi.

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts, à la page 12.)