Image

André Michel
Junior, 2017

 
On l’appelle le peintre-ethnographe. André Michel est connu pour avoir documenté la vie traditionnelle des autochtones de la Côte-Nord où, pendant 15 ans, il a partagé leur mode de vie et leur nomadisme saisonnier au cœur de leurs territoires de chasse et de pêche. André Michel a consacréune grande partie de sa carrière à peindre et à dessiner son peuple d’adoption: les Innus du Nitassinan (Côte-Nord et Labrador), et une abondante production de dessins et de peintures conservés dans plusieurs collections en témoigne. L’artiste a littéralement vécu « dans le bois », pré-requis obligatoire pour apprendre la langue innu-aimun et comprendre cette culture entièrement structurée autour de ce mode de vie nomade. André Michel a toutefois poursuivi, en parallèle, une trajectoire plus personnelle et a produit une peinture plus engagée.

Dans son exposition Nomades ou itinérants – Peuples en danger à l’Écomusée du fier monde, l’artiste dévoile une série d’œuvres récentes : des portraits à la sanguine d’itinérants croisés à Montréal, issus de communautés autochtones et inuites. André Michel, habile portraitiste, a donc réalisé ces œuvres lors de séances de pose dans la rue. Des histoires tragiques révélées ici, de l’astuce pour survivre là, des détails rappellent que ces gens ont souvent fui des milieux difficiles, victimes directes ou indirectes de polytoxicomanies et d’extrême pauvreté. Mais le nouveau milieu hostile – la grande ville – où les amène leur errance stimulerait-il leur instinct de survie et leur connaissance innée du nomadisme ?

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des arts)