Le parcours trace l’évolution de l’art inuit au XXe siècle et dresse le portrait d’un peuple étonnant qui a réussi à réinventer constamment son langage artistique tout en restant proche de ses traditions, et cela, malgré les profonds bouleversements culturels qui ont marqué son histoire durant les dernières décennies.
Dans un parcours thématique très bien organisé, on nous montre l’évolution des différentes formes d’art inuit depuis les premiers contacts avec les baleiniers, explorateurs ou missionnaires européens, jusqu’aux coopératives d’art implantées par le gouvernement canadien dans les villages arctiques au début des années 50 pour stimuler l’économie (les populations étaient en train d’abandonner progressivement leur mode de vie nomade). Le parcours se concentre ensuite sur les recherches graphiques plus poussées d’une poignée d’artistes et l’émergence de styles plus personnels. Une prise de conscience identitaire qui culmine dans la salle intitulée « Je suis un artiste » par l’arrivée d’une nouvelle génération plus engagée, qui délaisse les stéréotypes habituels pour aborder par l’art des questions liées aux enjeux environnementaux et aux difficultés sociales auxquelles fait face leur communauté. Ces sculptures, gravures ou dessins s’éloignent des modes de création et les styles traditionnels pour projeter les images d’une réalité contemporaine parfois très crue. Il en résulte des œuvres profondément touchantes, bien éloignées des omniprésentes sculptures d’Inukshuk que l’on retrouve dans les magasins de touristes.

 
Image
George Tatanniq
Bœuf musqué
Vers 1971
Pierre, corne
Musée des beaux-arts de l’Ontario, Don de Samuel et Esther Sarick
Toronto, 1989

Image
Paula Saila
Ours dansant
1984
Pierre, ivoire
Musée des beaux-arts de l’Ontario, Don de Samuel et Esther Sarick
Toronto, 2001

Image
Augustin Anaittuq
Bœuf musqué
1990
Os de baleine, bois de cervidé, os, pierre
Musée des beaux-arts de l’Ontario, Don de Samuel et Esther Sarick
Toronto, 1990

 
Image
Quvianatuliak Takpaungai
Femme tenant une natte
Pierre
Don de Samuel et Esther Sarick, Toronto, 1996
© Dorset Fine Arts