Image
Que l’on regarde ses grands dessins où s’ébattent des personnages et des formes difficiles à définir, que l’on déambule dans une de ses installations où l’ombre d’objets et de personnes entre en dialogue avec celle du visiteur ou que l’on tente d’entrer dans les méandres des imposants papiers découpés qui ont fait sa renommée, une certitude s’impose : Ed Pien parle de mémoire, de traumatisme et de transformation, et le dessin est son outil principal.

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts)