Image
Gabrielle Lajoie-Bergeron
Tremate, tremate, le streghe son toranate, 2018
Acrylique, perles et laine sur toile
Photo : René Bouchard

Le 36e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul a eu pour thème L’art et le politique, un sujet souvent repris en arts visuels, mais galvaudé la plupart du temps. Cette fois-ci, en regard des intentions de la directrice artistique Sylvie Lacerte, docteure en Études et pratiques des arts, ce thème nous semble pertinemment exploité. Sans conteste, c’est avec grand courage, au sein du champ des arts visuels, souvent frileux à cette problématique de l’art politique engagé, que Lacerte dénonce les grands maux du 21e siècle. À ce sujet, elle nous dit que le symposium de 2018 fait écho au Sommet du G7, qui a eu lieu dans la région de Charlevoix au printemps dernier. Elle affi rme que « cette conjoncture n’est pas banale. Au G7, il aura été question, entre autres, de “faire avancer l’égalité des sexes, de lutter contre les changements climatiques et de promouvoir le respect de la diversité et de l’inclusion”. Qu’en retiendra-t-on vraiment quelques semaines plus tard ? Les chefs d’État les plus puissants d’aujourd’hui sont-ils prêts à s’engager véritablement dans la résolution de ces enjeux majeurs ?»

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts)