Image
Nathalie Miebach
The Burden of Every Drop, 2018
Corde, bois, papier et données
518 x 305 x 61 cm
CIRCA art actuel à Montréal
Photo : Jean-Michel Seminaro

Sous le titre Trajectoire des sens – Art et science, la 8e Biennale nationale de sculpture contemporaine de Trois-Rivières prolonge la thématique Le meilleur des mondes de la précédente édition (2016). Commissariée par Émilie Granjon, l’édition de 2018 présente des réalisations où le savoir-faire traditionnel, la matière et l’objet usuel sont marqués et remodelés par l’apport des technologies numériques, notamment celles appliquées au cinétisme, à la robotique et aux effets sonores. Ce parti pris est clairement inspiré du Nouvel état d’esprit artistique instauré au début des années 70 par le sculpteur et théoricien français Nicolas Schöffer. Pour cet innovateur, le renouvellement et le dépassement dans le domaine de l’art ne pouvaient être atteints qu’à la condition de recourir aux moyens et aux matériaux issus des révolutions techniques.1 Il soutenait que seul l’état dynamique qu’impose la science dans notre civilisation peut sortir l’art de la stagnation, de la saturation. L’emploi de nouveaux outils mécaniques, électroniques ou informatiques favoriserait, disait-il, l’émergence d’un art cybernétique, autorégulateur.

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts)