Image
Paul-Émile Borduas
Abstraction no 45 ou Le rêveur violet, 1942
Gouache sur papier
38 x 28 cm
Collection Marc Bellemare
Photo : Ivan Binet

Après tout ce qui a été écrit sur le travail de Paul-Émile Borduas, la tâche d’aborder la nouvelle exposition rétrospective de l’artiste n’en est que plus difficile. Pourtant, puisque je souscris aux propos énoncés dans le manifeste Refus global (1948), je me sens en affinité avec la pensée politique et plastique de Borduas. La filiation intellectuelle, voire politique, dans laquelle s’inscrit mon analyse comprend les écrits de Sam Abramovitch, François-Marc Gagnon, André G.-Bourassa, Marcel Saint-Pierre et Gilles Lapointe, entre autres, qui ont relevé, de manière engagée et envoûtante, la contribution de cet artiste à l’art québécois, mais aussi et surtout, pour certains d’entre eux, son apport social et politique

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts)