Image
Photo : Emmanuelle Thiercelin © 350.org

 
« Le dérapage d’un mécène du Palais de Tokyo à Paris a relancé le débat sur l’engagement écologique des musées. Petit état de l’art sur la question.

" Cette folle rajoute une couche de haine dans notre société . J’espère qu’un désaxé va l’abattre. " Postés sur Facebook en septembre dernier, ces mots sont signés Bernard Chenebault, collectionneur d’art et président des Amis du Palais de Tokyo. Sa cible ? Greta Thunberg, la nouvelle égérie de la cause environnementale. "  Abasourdie par ces propos surréels ", la directrice du musée d’art moderne parisien a immédiatement exigé la démission de l’ex-banquier. Trop tard. En éclaboussant cette association de mécènes, ce dérapage a relancé le débat sur l’articulation entre art, écologie et mécénat. »

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts, à la page 12.)