Image
Kapwani Kiwanga, Flowers for Africa: Tunisia (2015)
Protocole signé par l’artiste et documents iconographiques
Vue de l’exposition Flowers for Africa (2015), FIAC, Galerie Jérôme Poggi, Paris
© Photo Aurélien Mole. Collection FRAC Ile-de-France, Paris
Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Jérôme Poggi, Paris

 
« À l’heure de la décolonisation des savoirs , les artistes montrent la voie, en s’engageant dans un processus de réexamen des documents d’archives avec lesquels se fabrique l’histoire. Ce court essai porte sur le travail de quatre artistes issus de la diaspora africaine, qui revisitent les histoires du continent africain, ses mémoires et ses patrimoines visuels durant la période coloniale et celle des indépendances (1950-1970). Leurs explorations documentaires, fondées sur un long travail de recherche, débouchent sur une forme de « contre-histoire » ou d’« histoires alternatives » qui vise à guérir le passé, en réactivant des mémoires enfouies, autant collectives qu’intimes, et en révélant, par des procédés de monstration, différents protocoles, ce qui a été occulté ou invisibilisé par les histoires officielles.»

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts, à la page 40.)