Image

Quand on parle de « l’expo Klimt » – et on en parle beaucoup, étant donné que c’est l’un des événements culturels parisiens de l’a née 2018 –, on évoque tantôt une « exposition immersive », tantôt un « spectacle son et lumière ». Quelques-uns précisent : c’est une « exposition immersive monumentale », eu égard au lieu, une ancienne fonderie de 2 000 mètres carrés, d’une hauteur sous plafond de 10 mètres, en plein Paris. D’autres préfèrent dire « exposition numérique immersive », mettant alors l’accent sur l’incroyable déploiement technique : il n’y a pas moins de 140 vidéoprojecteurs laser répartis dans l’espace et 50 enceintes sonores à directivité contrôlée.

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts)