Image

« Une grande partie de l’art contemporain de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe, son voisin du nord, prend sa source dans une mémoire sociale marquée par l’oppression et la violence. Depuis plus de vingt ans, le Zimbabwe vit en effet une instabilité politique dramatique qui le plonge dans de graves problèmes économiques. On voit ainsi advenir une importante migration des Zimbabwéens vers l’Afrique du Sud, pays plus paisible et stable. »

(Suite de l'article dans la version imprimée de Vie des Arts, à la page 60.)

Photo : William Kentridge, vue de l’installation More Sweetly Play the Dance, 2017
Zeitz Museum of Contemporary Art Africa, Cape Town
Crédit : Wianelle Briers