Encore toute auréolée du succès de la 6e Manif d’art de Québec qu’elle a magnifiquement coordonnée en mai 2012, elle a accepté le poste de directrice générale et artistique de la Biennale de Montréal (BNL-MTL). Elle prendra en charge la 8e édition et établira les lignes de force des prochaines éditions au cours d’un premier mandat de trois ans. Elle s’est entourée de deux commissaires : Peggy Gale et Gregory Burke.

On peut remarquer d’emblée que les changements à la tête de la Biennale de Montréal ne sont pas très radicaux puisque Nicole Gingras a participé dès 1993 à un volet des Cent jours d’art contemporain, événement précurseur de BNL-MTL, et que Peggy Gale a été commissaire de la Biennale de Montréal de 2000. Gregory Burke est, certes, un nouveau venu. Conservateur chevronné, il a dirigé le Power Plant à Toronto de 2005 à 2011. Originaire de Nouvelle-Zélande, il a notamment été commissaire de ce pays à la Biennale de Venise 2005.

On peut tout de même s’interroger sur la présence un peu systématique de commissaires en provenance de Toronto à la Biennale de Montréal, surtout à la lumière des résultats catastrophiques des récentes éditions toutes assumées en collaboration avec des commissaires de la Ville-reine. En outre, il faut bien reconnaître que l’Avenir (Looking Forward), le thème choisi pour la prochaine édition, est plutôt banal, large à souhait et flou. Il s’agit d’un thème fourre-tout qui n’augure rien de vraiment exaltant. Il serait souhaitable qu’il soit davantage défini au cours des prochains mois.

Claude Gosselin se plaît à souligner que la Biennale de Montréal se distingue en ceci qu’elle est une Biennale d’idée. Si jamais l’Avenir peut prétendre au statut d’idée, tout laisse croire dans les circonstances actuelles que ce n’est peut-être pas une bonne idée.

Dernier détail : Claude Gosselin demeure directeur du Centre international d’art contemporain, l’organisme qui chapeaute la Biennale de Montréal, laquelle disposera d’un budget de 1,3 million de dollars provenant des grands organismes de subventions publiques (fédéral, provincial et municipal) et de commanditaires privés.

Image
Image
Image
Image
Image