Dans la salle, des livres de formats et de styles différents sont empilés à l’horizontale dans des cubes en plexiglas. L’artiste a accroché, à côté de chaque boîte, une photographie de son contenu, en grand format. Il s’agit du même sujet et pourtant, les titres inscrits sur le dos des livres, aplanis, recadrés et magnifiés, semblent s’animer et constituer des phrases, des poèmes courts, des haïkus. L’œil du spectateur se dirige de haut en bas et s’amuse à assembler ces casse-têtes littéraires. Le résultat est poétiquement et esthétiquement stimulant. Rarement photographiés de façon aussi serrée, les livres présentés de dos forment des aplats colorés qui composent des tableaux abstraits épurés et aériens.
Carle Coppens est un amoureux des lettres, sous toutes leurs formes. Le voleur de titres est une ode ludique au livre comme véhicule d’idées, mais aussi comme objet plastique, avec une typographie et un design qui lui est propre. L’exposition comporte plusieurs niveaux de lecture : l’artiste propose une réflexion sur le sens des mots, défini par les lettres qui les composent, mais aussi par leur mise en espace. Les poèmes créés par les titres juxtaposés semblent d’autant plus riches qu’ils sont formés de plusieurs couleurs, donc, de multiples voix. Un projet à lire et à voir.

Carle Coppens
Le voleur de titres
Centre Phi
phi-centre.com
Jusqu’au 17 février

Image
Carle Coppens