L’œuvre présentée à la Galerie Optica fait suite au projet Studio Fantaisies (2011) dans lequel la sculpture et le son créent une atmosphère radiophonique, où deux voix dialoguent. D’une manière similaire, l’artiste développe pour sa nouvelle installation un environnement multisensoriel et immersif, principalement au moyen de la bande sonore. Cependant, l’œuvre plonge le spectateur-auditeur dans un imaginaire tout autre : le voici mis en présence d’une sculpture quasi circulaire qui tire son aspect ludique du minimalisme et du caractère organique des matériaux. Il prend ainsi conscience de l’espace physique dépouillé du « white cube ». La matière sculpturale devient alors le vecteur d’un récit sonore déconstruit et fragmenté, teinté d’une inquiétante étrangeté.

Le visiteur est en effet le témoin de bruits et de sons hétérogènes qui évoquent l’univers du spectacle (la scène), ses abords (accessoires, coulisses) et, par extension, le monde urbain. Ces fourmillements sonores semblent lointains et vaporeux, véhiculant une ambiance à la fois divertissante et mélancolique, mais également fantomatique par les crescendos et les decrescendos entrecoupés de silence. Diffusant une mélodie atonale jouée à l’orgue, ou bien des rythmes de musique populaire, ou encore des résonances graves, des sons de cloches et des cris d’enfants, la bande sonore émet une cacophonie où le spectateur devient un flâneur auditif.

Marjolaine Bourdua
Galerie Optica
Édifice Le Belgo
372, rue Sainte-Catherine Ouest
Local 508
Montréal
Tél. : 514 874-1666
www.optica.ca(lien externe)

Du 19 janvier au 23 février 2013

Image
Marjolaine Bourdua, Sans titre, 2013
Photo : Richard-Max Tremblay
Gracieuseté de l’artiste

Image
Marjolaine Bourdua, Sans titre 1 et 2, 2013
Photo : Richard-Max Tremblay