Il y a trente ans, en 1983, Georges Laoun a ouvert sa première boutique d’opticien à Montréal. C’était au 600, rue Jean Talon. Par la suite, comme les affaires marchaient bien, il a ouvert un magasin plus important au coin de la rue Duluth et de la rue Saint-Denis. Il a eu alors l’idée d’offrir les murs et les vitrines de son commerce à des artistes pour qu’ils y accrochent leurs tableaux. C’était à cette époque une initiative totalement originale. Et puis un jour, le Musée des beaux-arts de Montréal a eu un local vacant au coin de la rue Crescent et de la rue Sherbrooke. Georges Laoun y a installé un second magasin où il a exposé également des œuvres d’art visuel : photographies, peintures, gravures, petites sculptures. Ce magasin est situé maintenant au coin de la rue Bishop. Voilà ce que raconte en toute simplicité le court-métrage Georges Laoun, un portrait. L’opticien évoque, face à la caméra, son enfance en Égypte où déjà il vendait des lunettes, son séjour en France où il a obtenu son diplôme d’opticien, son arrivée puis son installation au Québec.

Très vite, en marge de ses activités commerciales, avec le concours des membres de sa famille et en particulier de son fils Shérif, Georges Laoun s’est engagé à défendre la cause des arts : le théâtre d’abord, puis la danse et les arts visuels. Il a obtenu le Prix arts-affaires décerné par la Ville de Montréal en 1994 puis en 2010 et, en 2011, l’un des titres de Mécène du Canada. Dans le film, il fait part de son émerveillement devant ces si grands témoignages de reconnaissance. Il est touchant de bout en bout.

On peut voir le film sur le site Internet de Arpent films(lien externe)

GEORGES LAOUN, UN PORTRAIT
Court-métrage (10mn)
Réalisation : Joshua Selinger
Production : Arpent Films, 2013

Image
Georges Laoun en 1957 à Alexandrie, Égypte