À la barre du Musée depuis 2007, il a accueilli quelques-uns des artistes contemporains parmi les plus renommés comme Armand Vaillancourt ou Fernand Toupin. En mettant en œuvre les nouveaux objectifs du musée créé en 1975, il a su présenter un éventail de projets portant sur l’histoire et l’ethnologie, et des expositions consacrées à des artistes émergents de la région, en travaillant notamment en association avec la Collection Loto-Québec. L’exposition annuelle et la vente aux enchères de 2011, qui comportaient une soixantaine d’œuvres – qui ont toutes trouvé preneur – parmi lesquelles figuraient des pièces de Riopelle, Hurtubise, frère Jérôme, Basque ainsi que des œuvres d’artistes étrangers tels Max Ernst, Man Ray, Léonard Baskin, Epko Willering, comptent parmi les belles réussites réalisées sous son mandat. Aujourd’hui, il continue de soutenir le Musée à titre de président du conseil d’administration de la Fondation.

Plus largement, depuis 2011, Pierre Landry contribue au développement muséal du Québec en tant que président de la Société des musées québécois et de président du conseil d’administration du Réseau muséal du Bas-Saint-Laurent fondé la même année. En novembre dernier, il a reçu le prix Prestige Hommage lors du 38e Gala des Prestiges de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup, qui honorait ainsi sa contribution à la promotion de la région.

Féru d’écriture, il livre ses opinions par le truchement de la chronique d’un faux docteur de campagne dans le journal Le Mouton noir, dont il fut rédacteur en chef. Il a récemment adressé une lettre à la première ministre, Pauline Marois, en tant que président de la Société des musées du Québec, intitulée Un cri du cœur des musées du Québec et publiée par le quotidien Le Soleil le 27 octobre 2013. Il décriait le sous-financement des musées et leur mise en péril.

 
Image
Pierre Landry