Rien ne laisserait soupçonner qu’on se trouve ici dans une grande salle avec un public tant le cinéaste Mario Rouleau a fait de la seule chorégraphie le lieu même de son travail. Nus jusqu’à la ceinture, les quatorze danseurs et danseuses de la troupe se déplacent comme de longs insectes, rythmés, synchronisés, tout muscles sur des pistes où se propulse leur corps bandé d’énergie.

Chouinard a peaufiné ce spectacle pendant une dizaine d’années; elle a su regrouper une extraordinaire quintessence de ses moyens et de tous les obstacles qu’elle a pu rencontrer en cours de route pour en atteindre la pleine possession.

La pureté du travail cinématographique sensibilise à la structure même du spectacle tel que l’a défini l’artiste qui l’a tiré de son imaginaire. L’ensemble, très épuré et sans artifice aucun, met en branle toutes les parties du corps : jambes, bras, torse, tête, que la chorégraphe exploite avec une rare exigence à laquelle les danseurs, souples instruments, se plient de façon admirable, chacun se dépassant avec la même et constante intensité et mettant en relief le rythme légèrement orientaliste du compositeur auquel ils rendent hommage.

À un moment, des cercles lumineux divisent la scène en zones où les danseurs, seuls ou en duo parfois traversés par des mouvements de foule, s’interpénètrent comme des plaques architectoniques porteuses de véritables ondes de choc. Ici se met en œuvre le sens tellurique de l’auteur.

L’homogénéité sans faille du cinéaste s’ajoutant au talent de la chorégraphe, la présentation du film qui en résulte est tout à l’honneur du 32e FIFA.

Vendredi 21 mars à 21h, à la Salle 1 de l’UQAM
Marie Chouinard - Le Sacre du Printemps
Canada / 2013 / couleur / 50 min / français

Image

Autres articles sur les films du FIFA :

Les Chercheurs d’art : Portraits de collectionneurs

Rome, entre la fontaine de Trevi et la fontaine des Tortues

The New Rijksmuseum 4 : du rire aux larmes

L’image mouvementée, l’image en mouvement

Tadao Ando, l’architecte du vide et de l’infini

Daniel Buren, Monumenta 2012

Le cri d’Armand Vaillancourt

From Grain to Painting

Une chaise pour un ange