Moyen métrage, il est composé de moments de la vie de l’artiste tirés de documents d’archives et de captations sur le vif au gré des déplacements de l’artiste : vernissages, interventions in situ, rencontres. Il s’agit donc d’une mosaïque où sont juxtaposées des séquences d’anthologie : la sculpture fontaine de San Francisco marquée de l’inscription Québec libre, l’Arbre de la rue Durocher, première œuvre monumentale aujourd’hui installée au Musée national des beaux-arts du Québec, la sculpture de la rue Crescent et ses pérégrinations dans Montréal commentées par l’artiste jusqu’à son démantèlement.

Le critique d’art Guy Sioui-Durand expose, au bénéfice d’auditoires attentifs, le sens des œuvres de son ami Armand Vaillancourt. « Il s’agit d’un cri, déclare-t-il, un long cri qui dure depuis plus d’un demi-siècle. » On voit d’ailleurs l’artiste crier réellement devant la caméra. Métaphoriquement, ce cri exprime la colère de l’artiste contre les injustices sociales dont il est le témoin et justifie son engagement politique. Sauf qu’il se réduit bien souvent à un coup de gueule, une provocation gratuite. Par exemple, il se moque d’un jeune élève qui l’invite à expliquer le propos d’une de ses sculptures ; à une enseignante qui lui demande s’il improvise, le grand artiste rétorque « car l’improvisation, pour vous, est synonyme de merde, n’est-ce pas ? ». Dommage. Tout est bon pour attirer l’attention. Armand Vaillancourt est indiscutablement un grand artiste. Mais voilà, lauréat du prix Paul-Émile Borduas, il a encore soif de reconnaissance. Alors, il plastronne. Il se perd en professions de foi et en bavardages, se montrant incapable de commenter ses œuvres. Indulgent, son public l’aime bien et l’admire quand même. Le film sur l’art de Vaillancourt reste encore à faire.

Le cri d’Armand Vaillancourt
Canada / Jacques Bouffard / 2012 / couleur / 52 min / français

Samedi 29 mars, à 18h 30 COMPLET
Musée d’art contemporain de Montréal
185, rue Sainte-Catherine Ouest

Dimanche 30 mars, à 16h
Grande Bibliothèque de BAnQ
475, boulevard De Maisonneuve Est

Image

Autres articles sur les films du FIFA :

Les Chercheurs d’art : Portraits de collectionneurs

Rome, entre la fontaine de Trevi et la fontaine des Tortues

The New Rijksmuseum 4 : du rire aux larmes

L’image mouvementée, l’image en mouvement

Tadao Ando, l’architecte du vide et de l’infini

Daniel Buren, Monumenta 2012

From Grain to Painting

Marie Chouinard - Le Sacre du Printemps

Une chaise pour un ange