Le thème de la maison choisi par la galerie met d’abord en avant son tout nouvel établissement, mais il interroge surtout l’inconfort nécessaire à la création. C’est au travers des œuvres de plus d’une vingtaine d’artistes canadiens et étrangers que l’exposition révèle les différentes facettes de ce lieu ambivalent.

La volonté des commissaires Olivia Boudreau et France Choinière était de proposer une réflexion sur cette contradiction inhérente à la maison, à la fois synonyme de l’intime, du repli sur soi, mais aussi « du mal-être et de ce qui est perturbé ». Joseph Ismael illustre cet équilibre précaire avec sa vidéo Beyond the Pleasure Principle (2010) montrant un homme qui se balance sur une chaise, que seul un halo de lumière illumine. L’exposition se construit autour de ses différentes visions, de cette barrière flottante entre malaise et confort. La maison de Paulette Phillips, The Floating House (2002), coule lentement dans un lac, emmenant avec elle ses secrets, alors que celle de Søren Lose, Home Video (2006) nous parle de l’abandon et du désordre.

Comme pour mieux brouiller les pistes, certaines des œuvres sont aussi visibles à l’extérieur de la galerie. Des œuvres satellites de Jennifer Campbell (String House) et de Thomas Kneubühler (Trading Post) sont en effet disposées sur les murs du café Cherrier et du marché Bonsecours.

En profitant de ce nouvel espace, la galerie a désormais le loisir de mêler images fixes et images en mouvement et offre au visiteur un premier aperçu de ce qu’elle pourra produire à l’avenir.

HOME SWEET HOME. À propos de l’inquiétude
Du 27 mars au 17 mai 2014

DAZIBAO
5455, avenue de Gaspé, local 109
Montréal
Tél. : 514 845-0063
www.dazibao-photo.org(lien externe)

Du mardi au samedi, de 12h à 17 h
Entrée libre

Après un hiatus d’une année, la Galerie a enfin trouvé son port d’attache au sein du pôle culturel Pi2 de Gaspé. Ce projet mené par Atelier créatif Montréal accueillera six galeries et centres d’art dans un même espace afin de réunir les différents acteurs culturels situés sur la rue De Gaspé. Selon Amélie Brault, coordinatrice de Dazibao, il s’agit de « créer un pôle fort entre artistes et galeries, car même si nous avons des idées distinctes, nous allons pouvoir travailler de concert ».

Image
Johanna Billing
Magic & Loss, 2005