En exposition tout au long de la semaine à la Galerie Eastern Bloc, l’œuvre Feedback Babies de la montréalaise Darsha Hewitt met en scène de vieux talkies-walkies utilisés pour surveiller les enfants. Reliés à des ficelles et tractés par des moteurs, les émetteurs exercent un va-et-vient perpétuel vers les récepteurs, créant alors une rétroaction sonore et visuelle. Ce balai opère une forme d’hypnose sur le spectateur, qui décèle tantôt ce qu’il peut interpréter comme des cris d’enfants, tantôt des interférences d’ondes radiophoniques. Hewitt non seulement redonne vie « à ces objets un peu désuets datant des années 1970 » en leur attribuant une nouvelle fonction, mais encore elle s’interroge sur « l’effet invisible des ondes qui nous entourent et leur impact sur notre quotidien ». Teinté d’humour Feedback Babies questionne notre détachement quant aux technologies qui occupent nos vies et leur possible transformation.

Du côté des performances, c’est le groupe danois Ray Vibration qui a ouvert la soirée avec Monochrome Layering. Les trois artistes, Christian Faubel, Ralf Schreiber et Tina Tonagel, utilisent des rétroprojecteurs comme support à leurs créations sonores. Ici, image et son se répondent constamment dans un échange où formes et couleurs ne cessent de progresser de façon aléatoire. En plaçant de minuscules moteurs sur le projecteur, les trois protagonistes sculptent leur son à travers des morceaux de feuilles de plastique colorées, de petits bâtons et de formes géométriques qui se reflètent sur les écrans. En évoluant de façon parallèle, son et image confèrent à l’œuvre un aspect organique où les trois participants laissent aller leur intuitions.

C’est ensuite Ally Mobs (dont nous parlions hier, http://viedesarts.com/article556-Festival-Sight-Sound-Jour-1)(lien externe) accompagné de sa machine qui se produisait. Turntablism For The Hard Of Hearing reprend le procédé qu’utilise Mobs pour son installation en y ajoutant sa touche avec un MPC et des micros-contacts. En reprenant le contrôle sur sa machine, Mobs crée en direct un échange entre elle et lui, donnant ainsi à l’objet une place quasi-humaine.

L’artiste Arcangel Constantini fermait la soirée avec sa pièce Phonotube. C’est ici la lumière qui devient son. En utilisant un tube lumineux et des capteurs reliés à des séquenceurs et en jouant avec l’intensité de celle-ci, Constantini s’amuse et nous rappelle l’ère de la révolution industrielle et des premières grandes découvertes.

À voir ce soir, à 20 h :

Ecole des médias de l’UQÀM :

_Feedback Improvisation – Yan Jun
_Bio Box – Leslie Garcia
_UKI – Shu Lea Chang

La programmation complète est disponible ici.(lien externe)

Image
Ally Mobs
Turntablism For The Hard of Hearing

 
Image
Darsha Hewitt
Feedback Babies

 
Image
Arcangel Constantini
Phonotube

 
Ray Vibration
Monochrome Layering
(les 3 images ci-dessous)
Image

Image

Image