Avec sept projets, l’exposition illustre les ambitions des créateurs qui, depuis le début de l’informatique dans les années 1980, ont voulu créer un lien entre arts, architecture et communication. Les ressources et les applications étant encore limitées à cette époque, il est parfois surprenant de voir l’ingéniosité utilisée pour dépasser les limites techniques.

La première salle expose le projet de renouvellement du parquet virtuel et du centre de commande du New-York Stock Exchange. Mené par la firme Asymptote (Hani Rashid et Sophie Couture) entre 1997 et 1999, il fut un des premiers à intégrer une interface virtuelle en architecture. Le projet sera aussi le premier à intégrer le numérique dans une structure physique. Tout le matériel préparatif est visible : croquis, modélisation 3D et notes d’intentions se complètent pour un donner un aperçu exhaustif des méthodes employées et de l’évolution de cette création.

La deuxième salle présente deux réalisations de Karl Chu (professeur au Pratt Institute), X Phylum (1997-1998) et Catastrophe Machine (1994-1998). Le travail de Karl Chu se situe entre l’architecture, les mathématiques et la création artistique. X Phylum illustre ses axes de recherche avec des modélisations numériques de principes mathématiques complexes. En délaissant l’architecture pure pour la topologie, Chu réunit le monde des idées et le monde physique en créant des formes géométriques complexes.

Catastrophe Machine est une machine à dessiner qui utilise les mathématiques stochastiques. En intégrant les caractéristiques de variabilité et d’imprévisibilité, la machine trace des dessins à la fois inquiétants et désordonnés, qui laissent entrevoir une catastrophe imminente.

L’exposition offre aussi une salle entière au projet Hyposurface (1997 à aujourd’hui) conçu par la firme dECOi Architects. Il s’agit d’une paroi formée de petits carrés métalliques qui, comme une peau, réagit aux stimuli. Activée par des pistons, elle se déforme et crée des mots, des dessins, des images. Le mur devient une surface déformable à l’infini où il est possible de dessiner ce que l’on veut à l’aide d’un ordinateur.

La dernière salle fait place à NSA Muscle (2003-2004) créé par ONL, conçu pour l’exposition Architectures non Standard qui avait lieu au Centre Pompidou de 2003 à 2004.

En présentant une rétrospective des projets majeurs qui, depuis les années 1980, ont allié numérique et architecture, le CCA ouvre les portes d’archives précieuses. Les différentes œuvres sont accompagnées de la documentation qui a entouré leur production. Cette approche, décidée par le commissaire, offre un aperçu intime des processus qu’empruntent les architectes lors de la phase de conception, mais encore de leur rapport inventif face aux nouvelles technologies.

Archéologie du numérique : Environnements virtuels, objets interactifs
Jusqu’au 5 octobre 2014

Centre Canadien d’Architecture
1920, rue Baile
Montréal
Tél. : 514 939-7026
www.cca.qc.ca(lien externe)

 

Image
dECOi Architects
Hyposurface, 1997 à aujourd’hui

 

Image
Karl Chu
X Phylum (1997-1998)