Ce qui impressionne d’abord, c’est la structure de l’installation. Ressemblant à un bunker, conçue comme un mausolée, sa forme et son placement dans l’espace lui confèrent une forme sacrée. Le spectateur reste interdit à l’abord de ce temple dans lequel il ne sait s’il est permis d’entrer. L’aspect austère et lisse de la structure ainsi que la lumière artificielle qui l’emplit poussent à la contempler de l’extérieur. C’est donc en hésitant que le visiteur entre finalement dans l’œuvre de Grenier.

Lorsqu’enfin décidé, il se retrouve à l’intérieur, c’est l’odeur qui se dégage de la structure qui provoque la première sensation : le bois de cèdre utilisé pour la confection est particulièrement présent et sa senteur entêtante participe à l’ambiance générale. Un tableau aux couleurs vives occupe le mur central, Promised Land Template, et donne le nom à l’œuvre dans son ensemble. Une autre toile, Incoming Flux, est aussi disposée dans la structure ainsi qu’un cactus. Soucieux du détail, l’artiste a placé au sol des tuiles faites à partir de sable et de cailloux ramassés dans le désert.

C’est dans ce décor – on note l’ironie du tombeau qui renferme les œuvres de l’artiste – que Nicolas Grenier imbrique les thématiques de l’immigration. Sur les toiles, des fragments de textes, des mots paraphrasent et augmentent les formes. Les tons glacés et outrageusement exubérants marquent aussi une forme d’ironie en regard des mots que l’artiste leur appose. L’installation fait référence directement à la vague d’immigration d’Amérique latine vers les États-Unis et à la façon technocrate dont les sociétés occidentales gèrent cette question.

Nicolas Grenier
Promised Land Template
Jusqu’au 4 janvier

BNLMTL2014
Musée d’art contemporain de Montréal
185, rue Sainte-Catherine Ouest
(angle Jeanne-Mance)
Montréal
Tél. : 514 847-6226
www.macm.org(lien externe)

Image

 
Image
Promised Land Template, 2014
Huile et acrylique