Dans la petite salle de la galerie universitaire, l’artiste a construit deux espaces mitoyens séparés par un mur percé d’une ouverture ovale. Le mystère plane dès l’entrée. Au milieu de la première pièce trône l’imposante et intrigante maquette blanche d’un bâtiment massif qui donne l’impression de sortir de nulle part. Autour de cette construction, les murs sont recouverts d’un faux carrelage ressemblant à des tuiles de céramique. Dans ce lieu, tout est fabriqué de main de maître en foamcore et en carton épais. L’impression est saisissante : où sommes-nous ? Les décors froids et distants des dernières scènes de 2001 : l’Odyssée de l’espace viennent à l’esprit... Qu’est-ce que ce bâtiment étrange qui semble cacher des trésors en son sein, puisqu’en se penchant sur ses côtés le visiteur découvre de petites ouvertures mystérieuses…

Et comme si ces «cachettes» n’étaient pas assez nombreuses, voici que l’ouverture ovale qui sépare les deux pièces aspire le visiteur vers un «trou noir» dans lequel il découvre un autre monde, paradoxalement aussi inquiétant que chaleureux. Des phrases très poétiques sur le sens de la vie sont écrites à la craie et le dessin d’une cabane de bois rudimentaire est tracé sur l’une des parois. Trois tableaux sombres de maisons et de paysages finissent de composer cet espace.

Marie-Ève Martel propose une réflexion sur l’architecture en opposant – mais en mettant aussi en dialogue –, deux univers apparemment très loin l’un de l’autre. L’artiste s’est inspirée d’une part, de la cabane rustique dans les bois à Walden Pond (Concord, MA) du livre Walden ou la Vie dans les bois de Henry David Thoreau et d’autre part, de la bibliothèque moderne Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’Université Yale (New Haven, CT). Ces deux bâtiments ont exercé sur elle une fascination, aussi bien qu’ils ont suscité un questionnement philosophique sur l’accès à la connaissance : comment accéder le mieux aux savoirs ? Par la nature ou par la culture ? Est-ce qu’il y a un contrôle de la pensée par l’architecture ? Quelles valeurs véhicule-t-elle ? Les auteurs Henry David Thoreau, Henri Lefebvre ainsi que Michel Foucault ont servi de base à sa recherche-création.

Fascinante exposition à voir !

Marie-Ève Martel
Transcender l’architecture
Du 9 janvier au 21 février 2015

Galerie de l’UQAM
1400, rue Berri (angle Sainte-Catherine Est)
Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R120
Montréal
Ouvert du mardi au samedi, de midi à 18h.

Entrée libre

 
Vues de l’exposition Transcender l’architecture, salle 1
Image

Image

Image

Image

Image

 
Vue de l’exposition Transcender l’architecture, salle 2
Image

Image

Toutes les photos ont été prises par l’artiste.