Le travail de Rutkauskas concerne les enjeux actuels de la photographie par le biais de l'exploration du thème de la nature. Mais pas n'importe quelle nature, celle qui est normalement physiquement inaccessible au commun des mortels, sauf exceptions : les montages en haute altitude. Comment les photographier dans son ensemble ? Le site du Mois de la photo répond à la question en renvoyant l'interrogation : «avons-nous vraiment besoin d’explorateurs à l’ère de Google Maps ? À l’heure actuelle, les explorations les plus passionnantes se font à distance. C’est pourquoi l’étude de la nature ne requiert plus la présence in situ du spectateur. Les outils virtuels peuvent suppléer à l’observation directe, remplaçant ainsi la mission historiquement assignée à la photographie.»

L'expérience strictement visuelle ne remplacera jamais l'expérience physique de l'expédition, mais il est vrai que par les moyens informatiques contemporains, l'homme peut désormais connaître un semblant de «vécu» dans plusieurs domaines. D'où le titre de l'exposition de Rutkauskas Virtuellement présent, qui s'intègre parfaitement au thème du Mois de la photo «La condition post-photographique».

Image