Cette question, quelques rédactrices et rédacteurs de Vie des Arts l’ont posée à des enseignants, des galeristes et des artistes confirmés et émergents. Les témoignages qu’ils ont recueillis, et dont ce cahier Art-Éducation avec pour ligne directrice LES ANNÉES D’APPRENTISSAGE propose quelques analyses sommaires et des amorces de synthèse, donnent une idée de l’extraordinaire diversité des programmes de formation qui sont offerts. L’immense éventail de cours pratiques, de mentorats, d’ateliers, d’espaces ouverts à des débats, à des réflexions théoriques, des études historiques se présente comme la réponse à l’extraordinaire pluralité qui caractérise les pistes qui foisonnent dans le monde de la formation des arts. Néanmoins, l’adaptation dont font preuve les enseignants ne peut être parfaite. Car la vie artistique est sujette à d’imprévisibles fluctuations avec leur cortège de hasards, souvent contrariants, mais parfois heureux. Il a paru important, au moment où les activités culturelles se profilent comme des enjeux sociaux, économiques et politiques de premier plan d’un bout à l’autre du pays, de donner un aperçu des stratégies que déploient les écoles, les facultés et leurs départements d’enseignement des arts afin d’offrir à leurs étudiants les moyens de vivre de leur art ou, à défaut, de se trouver une niche (commissaire, historien, agent d’artistes, guide, etc.) au sein du marché de l’art. À ce sujet, des propriétaires de galerie d’art donnent leur point de vue et expliquent comment ils recrutent les artistes qui leur semblent prometteurs. Enfin, des artistes révèlent quelques péripéties de leur propre itinéraire professionnel.

Image