Que s’est-il donc passé ? Il semble que certains organismes de soutien ainsi que des commanditaires aient réduit voire soustrait leur contribution... Pourquoi ? C’est un mystère. Ces défections soulignent combien nulle entreprise culturelle n’est à l’abri de pannes monétaires qui menacent souvent leur survie. Pour l’instant, en ce qui concerne le FIFA, son conseil d’administration a nommé Nathalie McNeil au poste de directrice générale. Il s’agit d’une brillante gestionnaire jouissant d’une expérience acquise au sein d’entreprises privées et d’instances publiques aux plus hauts échelons. René Rozon, fondateur et âme du FIFA, garde la responsabilité de la direction artistique du Festival. Il y aurait lieu d’être optimiste si l’on se fie aux propos de madame Monique Simard, présidente de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) qui, lors de l’allocution qu’elle a prononcée au cours

de la soirée inaugurale, a assuré le FIFA d’un financement sur une période de cinq ans. Les beaux jours seront-ils bientôt de retour ? Affaire à suivre.

Une édition superbe

Une fois encore le Festival international du film sur l’art de Montréal s’est distingué en proposant une programmation de très grande qualité. Le jury a fait preuve d’audace en attribuant le grand prix au film La collection qui n’existait pas (Belgique). Joachim Olender, son réalisateur, donne la parole à Herman Daled, médecin radiologiste, qui expose comment il s’est progressivement passionné, à partir de 1966, pour l’art conceptuel, art qui exprime des idées, art de l’intangible, art qui remet en cause l’art, « art, dit-il, des procédés tous azimuts ». Marcel Broodhaerts, artiste conceptuel belge, compatriote d’Herman Daled, est la figure de référence qui confère au film son unité et son caractère de confidence quasi intime dans un flot de propos et de plans fragmentés. Cette dispersion est bien à l’image de l’art conceptuel, art du rien, art qui échappe à toute véritable définition et qui stimule encore les artistes qui se réclament aujourd’hui de l’art actuel.

Deux films se partagent le prix de la meilleure œuvre canadienne. Nous autres les autres de Jean-Claude Coulbois et Un homme de danse de Marie Brodeur. Ils ont en commun de souligner
l’apport d’artistes d’origine étrangère à la culture de leur pays d’adoption très centré sur Montréal. L’expression « Nous autres » réunit cinq comédiens et auteurs dramatiques qui montrent comment ils assimilent la culture québécoise et comment, en retour, les publics québécois intègrent leurs personnalités et fait de leurs productions de beaux succès. Un homme de danse présente avec une grande finesse la carrière de Vincent Warren, danseur d’origine américaine qui va devenir danseur étoile des Grands ballets canadiens et, par la suite, va sauvegarder les archives de l’aventure de la danse au Canada pour servir les prochaines générations. Car il n’y a pas d’avenir sans l’Histoire. Un film bouleversant et magnifique.

LETTRE OUVERTE DES MEMBRES DU JURY DU 34e FIFA (Extrait)

Nous voulons dire notre admiration pour le travail exceptionnel de René Rozon, fondateur et directeur artistique, à la barre du festival. Le FIFA fait partie des manifestations incontournables de la vivacité culturelle de Montréal et il est essentiel qu’il obtienne les moyens nécessaires à sa pérennité. La sollicitation du président du conseil d’administration qui a précédé chaque projection a mis en évidence la fragilité du FIFA, confronté comme d’autres festivals à l’incertitude du financement public et privé : en tant que jury nous exprimons avec ferveur le souhait que René Rozon, en collaboration avec sa nouvelle direction générale, puisse assurer l’avenir et l’intégrité artistique de ce festival essentiel dans notre paysage culturel et pour les artistes à travers le monde. Il faut maintenir l’excellence d’une programmation qui a toujours été le propre de ce festival unique.

PAUL MARÉCHAL, président du jury
MARIELLA PANDOLFI, professeure universitaire
NATHALIE BARTON, productrice
PASCAL GÉLINAS, cinéaste
JOSEPH HILLEL, cinéaste

Nous invitons nos lecteurs à visiter la rubrique "Reportages" du site internet de Vie des Arts pour lire les commentaires sur d’autres films projetés au cours du 34e FIFA.

34e FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM SUR L’ART
Du 10 au 20 mars 2016

• Image tirée du film La collection qui n’existait pas
• Image tirée du film Un homme de danse Photo : Ronald Labelle

• Image tirée du film Arvo Pärt / Robert Wilson: Adam’s Passion Photo : Kristian Kruuser, Kauppo Kikkas