La démarche artistique de Luc Bourbonnais est toute entière marquée pas la sérigraphie depuis 1970, alors qu’il créait des affiches et des estampes par méthode de clichage direct. Son imaginaire est empreint de cette pratique ainsi que celle de l’imprimerie, qu’il considère être la source et la structure de tous les médias et des procédés d’enregistrement photographiques, cinématographiques, vidéographiques, holographiques et sonores.
Son œuvre primée, Réifier l’inimaginable (2009), propose une façon inédite de faire et de voir des images. Ce que l’on voit dans cette œuvre, outre la télévision à laquelle elle fait explicitement référence, c’est l’imprimerie dans son ubiquité de temps et d’espace obtenue par l’édition. Cette édition de mires télévisuelles utilise la mémoire, le temps et le rythme afin de produire un nouveau type d’image virtuelle qui apparaît à l’orée du visible. La sculpture primée est exposée jusqu’au 9 janvier 2012 dans le hall du Complexe Saint-Laurent à La Prairie.

Image
Produire l’espace en l’éprouvant, 2010
60,96 x 60,96 x 259,08 cm
Édition numérique de 3 000 images sculptées sur papier 100 % coton, néon, découpes de vinyle autocollant numérisés, tampon à cachet, contreplaqué de merisier russe, boîtier de plexiglas, aimants, branches d’arbre, base d’antenne de télévision, piètement standardisé vendu en commerce.
Photo : Christian Fleury, photographe