C’est dans une volonté de questionner les critères qui déterminent une œuvre d’art que Chloé Desjardins oriente son travail. Qu’est-ce qu’une œuvre ? Une matière, ou du moins, comme l’appelle ici l’artiste, un quelque chose qui n’a rien (ou tout) de banal. Comment la présenter ? Par une mise en espace, une mise en scène. Comment la protéger et la conserver ? Par un emballage ou une vitrine. Que l’on ne voit rien de réducteur dans cette série de questions, mais plutôt un désir, presque minimaliste, de retrouver l’essence du statut de l’œuvre. Dans cette exposition, la jeune artiste a choisi l’installation sculpturale pour soulever ces questions archétypales et « rappelle[r] combien la valeur symbolique de l’objet est malléable et tient à peu de chose, à presque rien1 ».

Chloé Desjardins privilégie la technique du moulage parce qu’elle lui permet de (re)produire mécaniquement (et non industriellement) un objet de manière presque parfaite, presque identique. « Presque », car normalement le moulage appelle autant le semblable que le sériel ; or, dans l’ensemble Double (2012), par exemple, quelques bulles d’air ont laissé ici et là la trace de leur présence sous la forme de minuscules anfractuosités incrustées dans la paroi des objets moulés, gommant ainsi toute possibilité de similitude. Chaque pièce de la vitrine se distingue finalement de son double, et devient unique.

L’ensemble étant installé dans une vitrine de plexiglas, le visiteur n’éprouve aucun doute (a priori) sur son statut, ni sur celui du support ou de la vitrine. Mais Chloé Desjardins s’interroge sur le rapport entre l’objet et le socle (ou la vitrine), sur le rôle de l’un par rapport à l’autre : les dispositifs de monstration et de protection font-ils partie de l’œuvre ? Que se passe-t-il lorsque les frontières deviennent poreuses et que le socle devient l’œuvre ? C’est en jouant avec les normes muséales que Chloé Desjardins met en évidence ces ambigüités. Ici (2012) représente une base verticale d’une hauteur de 120 cm. Dessus, il n’y a rien ; du moins, en apparence, car en s’approchant de l’œuvre-socle surgit un miroir qui reflète le visage de celui qui se penche pour regarder l’œuvre. Cela voudrait-il dire que cette dernière advient dans le regard de celui qui l’observe ? Plus loin, Piédestal (2012), forme rectangulaire érigée à une hauteur de 245 cm, met à distance une œuvre imaginaire et, en même temps, la met sur un piédestal, la rendant ainsi inaccessible. Vitrines gigognes (2012) décline cette question de l’inaccessibilité par le truchement d’une réflexion sur la protection et la préservation : ne pas toucher l’œuvre, pour ne pas l’abîmer ! Ici, c’est le glissement entre l’objet d’art et la vitrine qui est suggéré par l’emboîtement de plusieurs vitrines. Ultime dispositif produisant l’inaccessibilité de l’œuvre : l’emballage. En plus de ne pas l’atteindre, ce dernier provoque une frustration du regard : ne pas pouvoir la voir. Mais cette frustration se résout par l’imaginaire. C’est d’ailleurs ce que montre Relief (2012), un moulage de papier bulle qui dissimule ce quelque chose que tout un chacun aura à fantasmer pour voir, ou connaître, son idéal artistique.

Chloé Desjardins emploie de manière simple, mais très efficace, le moulage pour mettre en tension les lieux communs de l’œuvre. Bien sûr, l’artiste teinte sa réflexion d’une ironie que l’on ne peut laisser de côté et qui ajoute profondeur et richesse à sa réflexion. 

(1) Jean Rousset, L’intérieur et l’extérieur, Paris, José Corti, 1968.

CHLOÉ DESJARDINS QUELQUE CHOSE
Galerie B-312, Montréal
Du 11 octobre au 10 novembre 2012