“Objets inanimés, avez-vous donc une âme Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?” Alphonse de Lamartine

Les Éditions Les Territoires, vouées à publier le premier livre d’artiste de créateurs émergents, ont été inaugurées par le lancement à la galerie du même nom, à l’occasion du vernissage des expositions correspondantes, de deux ouvrages en tirage limité : Unmarked Sites de Jessica Auer et Con todo mi afecto… de Josée Pednault. Cofondatrice et codirectrice de ce lieu de diffusion privilégiant la photographie, cette dernière semble à première vue prendre quelque distance avec sa discipline de référence dans cette exposition documentant un projet réalisé en 2010 lors d’une rési­dence au Studio du Québec à Mexico. S’avisant sur place des périls et limites du vagabondage comme mode de récolte photographique en cette turbulente mégapole, elle renonça à glaner selon son habitude des clichés dans l’espace public. Pednault entreprit plutôt de négocier, avec vingt-quatre personnes qu’elle croisa lors de son séjour, l’accès à l’intimité de leur vie privée, leur proposant une œuvre originale en contrepartie du don d’un objet auquel elles étaient attachées. Ce sont ces objets qui ont été exposés plutôt que leurs photos. On peut les voir sur le site www.contodomiafecto.com avec la documentation visuelle et narrative de l’échange interpersonnel dont ils témoignent.

La donation prend le relais de la photographie

On retrouve ici l’essence de la photographie par des voies détournées, face à ces tranches de vie cristal­lisée, isolées chacune dans sa vitrine comme l’image dans son cadre charrie pourtant tout le contexte dont elle est extraite, lui conférant le pouvoir d’évoquer un moment singulier à la fois comme irrémédiablement perdu et irrévocablement donné.

Apprécier ce qui est sans prix

En amenant participants, spectateurs et lecteurs à mieux saisir tout le prix des choses qui n’en ont pas mais n’en font pas moins celui de la vie, l’artiste prend le contre-pied du modèle marchand de l’échange comme calcul impersonnel, présidant à la repro­duction de masse d’images interchangeables – encore plus qu’à la production en série d’objets de consommation – dans la société du spectacle. Pour Pedneault, « Con todo mi afecto… est un projet utopiste, à l’image d’un monde où la seule valeur reconnue serait quantifiée selon une échelle morale ou sentimentale ». Par cette « brèche » qu’il ouvre sur le lieu intime et fragile, le moment précieux et fugace de l’échange concret, « il est permis d’imaginer une société qui fonctionne différemment », en assumant pleinement le caractère d’une économie du don, irréducti­blement humaine, telle qu’élucidée anthropologiquement par Marcel Mauss et la pensée anti-utilitariste contemporaine. 

Con todo mi afecto (Frida M.), 2009-2011 Photographie

JOSÉE PEDNAULT CON TODO MI AFECTO…
Les Territoires
Édifice Belgo, Local 527
372, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal
Tél. : 514 789-0545
www.lesterritoires.org
Du 29 avril au 14 mai 2011

En reprise à la Maison des artistes visuels francophones, Saint-Boniface, Manitoba, en mai 2012.