Galerie I

Virginie Laganière
«Derrière l’horizon»
Du 8 juillet au 22 août 2020

« Derrière l’horizon poursuit un cycle entamé depuis quelques années par l’artiste Virginie Laganière qui étudie des espaces modernistes construits à l’ère des régimes totalitaires. Le Vaisseau / Solid Void (2013) présenté à la Fonderie Darling élaborait sur des architectures soviétiques, tandis que Le Prisme (2018) à OPTICA Centre d’art contemporain portait sur l’architecture des colonies marines, des sanatoriums récupérés par le fascsime italien. Suite à des séjours prospectifs à Tallinn, capitale de l’Estonie, l’artiste présente actuellement le résultat d’une recherche qui raffine sa posture personnelle d’artiste chercheuse à travers une série qui explore, au moyen de différents dispositifs artistiques, des questions relatives au patrimoine ancrées dans le présent. »
– Extrait du texte de Esther Bourdages

Bio
Dans une approche anthropologique, les recherches de Virginie Laganière se penchent sur les transformations qui façonnent nos territoires construits, naturels, technologiques, les spéculations sur le futur et la psyché sociale au sein d’installations artistiques protéiformes. Ses enquêtes ancrées dans notre contemporanéité dévoilent différentes formes de stratégies déployées pour faire face aux incertitudes de notre époque. Détentrice d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, ses œuvres ont été exposées au Canada et à l’international. En juillet 2020, elle participera à une résidence à La Becque (Suisse) en compagnie de Jean-Maxime Dufresne.

Une publication accompagnera l’exposition » Derrière l’horizon » de Virginie Laganière :

» Comment la culture matérielle soviétique peut-elle devenir évocatrice de récits croisés qui sont rattachés à différents enjeux sociaux et architecturaux en Estonie ? Cette publication bilingue (français-anglais), réalisée en collaboration avec le Studio TagTeam, est composée de deux livrets qui correspondent chacun à l’étude d’un archétype architectural soviétique à Tallinn ; le Linnahall et le complexe commémoratif Maarjamäe. (32 pages). Elle inclut des textes et des images de l’artiste. »

https://circa-art.com/exhibitions/derriere-lhorizon/
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Galerie II

Pascale LeBlanc Lavigne
«Indéterminé»
Du 8 juillet au 22 août 2020

« Pascale LeBlanc Lavigne développe depuis quelques années une démarche singulière en arts cinétique et sonore, par des installations dont le mode de fonctionnement simple et l’aspect épuré, voire minimal, suscitent une fascination immédiate. Loin des perfections mécanique et esthétique qui caractérisent les objets industriels, les «machines» en mouvement de LeBlanc Lavigne se donnent comme des constructions artisanales, imprécises et désinvoltes, pour reprendre les termes de l’artiste, ce qui ne les empêchent pas de remplir avec efficacité les rôles pour lesquels elles ont été conçues. Dans l’installation Indéterminé, dont le titre même met en exergue le caractère imprévisible des circonstances de l’œuvre, deux systèmes mécaniques en mouvement interagissent dans une multitude de possibles. »
– Extrait du texte de Marie-Pier Bocquet

Bio :
Pascale LeBlanc Lavigne réalise des œuvres cinétiques et sonores imprécises qui, de ce fait, mettent à l’épreuve leur propre structure. Depuis 2015, elle est titulaire d’un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université Laval, où elle termine également une maîtrise dans le même domaine. Au cours de ses études, son travail a été soutenu particulièrement par les centres d’artistes Avatar, La Bande Vidéo et par LA CHAMBRE BLANCHE. Ses réalisations ont été présentées dans le cadre de plusieurs expositions individuelles et collectives au Québec, ainsi qu’à l’international. Son travail a été souligné par plusieurs mentions, prix, bourses et distinctions.

https://circa-art.com/exhibitions/indetermine/