En conversation avec Shauna Indira Beharry et Sébastien Sauvé

Barbara Claus se préoccupe de l’impact écologique de chacun de ses gestes. Ces jours-ci, elle se demande comment poursuivre sa quête de sens et de beau malgré son anxiété.

Tout est si limpide, immaculé soulève la question de la pollution de l’eau et de la présence de contaminants émergents dans le fleuve Saint-Laurent, résultant des activités humaines [hôpitaux, cultures intensives, industries textile, agroalimentaire, pétrolière, vie courante]. Si nous poursuivons nos vies aveuglément en se fiant à l’apparente limpidité des choses, tous nos écosystèmes seront contaminés, tous nos corps aussi. L’installation fait échos à la contamination de l’eau du fleuve autant qu’à l’accès à l’eau potable pour tous, sujet sensible ici et ailleurs et conflits en cours. Elle évoque l’aseptisation de l’art et de nos environnements et fait allusion à l’objet scénarisé pour le marché de l’art.

La poète Shauna Indira Beharry est invitée à réfléchir à la question de la pollution du fleuve avec sa sensibilité, tout en offrant sa réponse écrite et sonore. Sébastien Sauvé expert en contaminants émergents, dont les effets négatifs sur la santé et l’environnement ne sont plus à démontrer, a conseillé Barbara durant son processus de création. 

Tout est si limpide, immaculé va se transformer de façon imprévisible tout au long du temps de l’exposition. Barbara invite le public à emporter une lettre ou deux …